mardi 3 mars 2015

Evariste

J'ai lu :
Evariste
de François-Henri Désérable
au format ebook des éditions Gallimard


4ème de couverture (virtuelle) :
A quinze ans, Evariste Galois découvre les mathématiques ; à dix-huit, il les révolutionne ; à vingt, il meurt en duel. Il a connu Raspail, Nerval, Dumas, Cauchy, les Trois Glorieuses et la prison, le miracle de la dernière nuit, l'amour et la mort à l'aube sur le pré.
C'est cette vie fulgurante, cette vie qui fut un crescendo tourmenté, au rythme marqué par le tambour de passions frénétiques, qui nous est ici racontée.



Mon avis :
C'est lors de l'émission La Grande Librairie de la semaine dernière (jeudi 26 février), que j'ai découvert François-Henri Désérable et son roman, Evariste. L'auteur en a si bien parlé durant l'émission que je me le suis immédiatement procuré sur ma liseuse et l'ai lu d'une traite (c'est un petit roman de moins de 200 pages). (édit : mouais mouais mouais, petite Ravelle, le fait qu'il soit très beau garçon n'est sûrement pas pour rien dans cet achat)
 
François-Henri Désérable y raconte, de manière romancée mais non moins documentée, l'histoire de Evariste Galois, jeune génie qui mourut en 1832 à l'âge de 20 ans suite à un duel et qui marqua de son génie les mathématiques modernes.
L'histoire de Evariste Galois en elle-même est assez courte, cependant, François-Henri Désérable parvient à nous embarquer dans la passion du personnage. Ou plutôt les passions : pour les mathématiques d'abord mais aussi pour la République puis pour une jeune fille, qui le conduira à sa perte.
Dans la nuit qui précède le duel qui lui sera fatal, il rédige à la va-vite 7 pages contenant l'ensemble des conclusions de ses travaux de mathématiques. Sept pages qui vont compter dans l'histoire de cette discipline bien des années plus tard.
 
Le style d'écriture m'a beaucoup plu. Désérable a choisi d'invectiver le lecteur (un lecteur femelle, qu'il interpellera tout au long des pages et qu'il traitera sans ménagement mais toujours avec une certaine pudeur... enfin, on lui pardonne tout, il est si charmant garçon ^^). Cela donne beaucoup de dynamisme au texte et illustre parfaitement tous les passages fougueux. Je salue à nouveau au passage le travail de documentation autour de l'œuvre et la vie de Galois.
Si le thème général m'avait conquise au moment de l'achat du livre (j'ai fait des études scientifiques), j'ai aimé pouvoir découvrir tout l'univers et tous les personnages en orbite autour d'Evariste Galois. J'ai appris beaucoup de choses sur cette époque et sous une forme que j'affectionne particulièrement : les anecdotes. Je trouve que lorsqu'on n'est pas historien, rien ne sert d'étaler des connaissances succinctes sous forme de dates ou de grands discours. Rien ne vaut les anecdotes, celles qui font comprendre en quelques mots tout un état d'esprit. François-Henri Désérable l'a très bien compris et il m'a fait passer un très bon moment de lecture (et là je devrais sans doute pousser un soupir de jeune-fille en fleur mais je suis déjà bien trop vieille pour ça ^^).
 
Allez, pour le plaisir des yeux (bin quoi, vous n'allez pas me reprocher de loucher sur les beaux garçons ! Faut bien que ça me serve de temps en temps ce strabisme !) :

 
 
Pour ceux que ça intéresse, voici un lien vers le replay de l'émission de France5 (je ne sais pas pendant combien de temps il restera disponible) :
 
A savoir : Dans ce numéro, on découvre aussi la jeune auteure Mélanie Sadler qui présente son premier roman Comment les grands de ce monde se promènent en bateau. Bien qu'ayant horreur ce genre de titre qui, semblerait-il, sont à la mode ces dernières années, je me suis également procuré la version numérique du roman pour une prochaine lecture.
 
Et vous, avez-vous fait des découvertes ces derniers temps ?






 
 
 
 
 
D'autres avis sur :
http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=108620

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire