mercredi 30 septembre 2015

Autoportrait de l'auteur en coureur de fond

J'ai lu :
Autoportrait de l'auteur en coureur de fond
de Haruki Murakami
aux éditions Belfond
Traduit du japonais par Hélène Morita
Titre original : Hashiru koto ni tsuite kataru toki ni boku no kataru koto


4ème de couverture :
Journal, essai autobiographique, éloge de la course à pied, au fil des confidences inédites, Haruki Murakami se dévoile et nous livre une méditation lumineuse sur ce bipède en quête de vérité qu'est l'homme...
La 1er avril 1978, Murakami décide de vendre son club de jazz pour écrire un roman. Assis à sa table, il fume soixante cigarettes par jour et commence à prendre du poids. S'impose alors la nécessité d'une discipline et de la pratique intensive de la course à pied.
Ténacité, capacité de concentration et talent : telles sont les qualités requises d'un romancier. La course à pied lui permet de cultiver sa patience, sa persévérance. Courir devient une métaphore de son travail d'écrivain.
Courir est aussi un moyen de mieux se connaitre, de découvrir sa véritable nature. On se met à l'épreuve de la douleur, on surmonte la souffrance. Corps et esprit sont intrinsèquement liés.
Murakami court. Dix kilomètre par jour, six jours par semaine, un marathon par an. Il court en écoutant du rock, pour faire le vide, sans penser à la ligne d'arrivée. Comme la vie, la course ne tire pas son sens de la fin inéluctable qui lui est fixée...
 
 
 
Mon avis :
J'aime les romans de Murakami et depuis un an et demi je pratique la course à pied. Je me prépare même actuellement pour courir le semi-marathon de Paris le 6 mars 2016 :-)
Bref, je savais que ce livre me plairait avant même de l'avoir lu. Ceux qui courent se retrouveront dans les réflexions de l'auteur. Lui pratique la course de manière effrénée (il faut dire qu'il ne passe pas 12 heures par jours en mode métro et boulot), ce n'est pas mon cas mais j'ai apprécié de lire son retour sur expérience.
 
 
 
 
D'autres avis sur :
http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=8491
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire